header article Retail
Retail

Retail : comment rester agile jusqu’au dernier kilomètre ?

Comme la crise de la COVID-19 l’a récemment montré, la livraison du dernier kilomètre peut vite devenir un casse-tête. Au delà de la contrainte conjoncturelle, les entreprises du retail doivent faire preuve d’adaptabilité face à des contextes économique et réglementaire qui évoluent de plus en plus. Une démarche qui passe notamment par leur capacité à rendre leur flotte plus polyvalente et à anticiper en permanence sur leurs besoins à venir, en termes de livraisons.

Un véritable défi. C’est à quoi de nombreux retailers ont récemment été confronté. Pendant la période de confinement, nombre d’entreprises se sont en effet retrouvées à livrer des produits en volumes plus importants ou qu’elles n’avaient pas l’habitude de livrer jusqu’alors et ce, jusqu’au dernier kilomètre.

Par exemple, en France, les livraisons à domicile ont augmenté en moyenne de 73.8% pendant la période de confinement lié à la COVID-19. Pour être en capacité d’assurer leurs livraisons même en cas de pics d’activité jusqu’à l’ultime étape, l’agilité des entreprises du commerce de détail passe par quelques efforts de prévoyance.

Rendre les véhicules plus polyvalents

Pour gagner en souplesse sans avoir à faire d’investissement coûteux, l’on peut choisir de rendre sa flotte plus polyvalente. A cet effet, les retailers ont par exemple la possibilité d’aménager différemment leurs véhicules. Pour livrer du frais s’ils ne disposent pas de camions réfrigérés, ils peuvent équiper leurs véhicules de transport « sec » de caissons isothermes.

Pour faire face à l’augmentation des livraisons de petits colis et éviter de changer le cubage de leur camion, ils ont également la possibilité de réaliser des aménagements rétrofitables. Ils peuvent par exemple installer des étagères modulables pour charger davantage de colis dans un camion et répondre ainsi à une hausse d’activité temporaire. Ces aménagements permettent aux entreprises d’optimiser l’usage de leurs véhicules et, à court terme, de répondre à un panel de prestations plus larges et non prévues par le dimensionnement initial de leur flotte.

Parfaire la planification du dernier kilomètre

Une autre piste à explorer : l’optimisation des plages et des parcours de livraisons. Pour faire preuve d’une plus grande agilité jusqu’au dernier kilomètre de la chaîne logistique, tout l’enjeu repose sur un double effort de planification. Afin de limiter la multiplication des allers-retours, les retailers peuvent premièrement concentrer leurs livraisons sur une même tranche horaire, en veillant à programmer le plus tôt possible les modalités de réception du colis. Cette mesure s’accompagne le plus souvent d’une réorganisation de l’itinéraire de livraison.

Son optimisation garantit que différentes voitures ne passent pas dans la même rue le même jour, réduisant ainsi le nombre de véhicules, de conducteurs et de temps nécessaire pour livrer. Avec le développement de livraisons toujours plus nombreuses et rapides (dans l’heure, parfois), et avec davantage de contraintes urbaines (une majorité de villes imposent déjà des heures dédiées), il est fort probable que cette disposition s’accentue dans les années à venir.

Anticiper le renouvellement des véhicules

Sur le moyen et long termes, l’enjeu pour les retailers consiste à anticiper l’évolution de leur activité mais également des normes européennes, notamment sur les sujets liés à la pollution. Depuis le début des années 90, l’Union Européenne n’a cessé de renforcer les normes d’émissions fixées pour les modèles de voitures et autres véhicules afin de lutter contre la pollution croissante. Chaque série de normes, jusqu’à la dernière en 2020 (Euro 6d), a imposé des limites sur la quantité totale de certaines émissions de gaz d’échappement des voitures.

Aujourd’hui, un certain nombre de grandes villes vont plus loin que ces normes et interdisent ou ambitionnent de restreindre la circulation des véhicules diesels. C’est ainsi déjà le cas depuis le début de l’année à Copenhague, Oslo ou encore, sur certaines plages horaires, à Barcelone. A Paris, cette interdiction est programmée pour 2024… Pour s’adapter à ces réglementations alors que les contrats de location longue durée de certains véhicules tels que les camions peuvent s’étaler jusqu’à 104 mois, le renouvellement anticipé est une option à envisager.

La démarche est d’autant plus intéressante à mener qu’elle permet également de s’équiper de véhicules plus modernes embarquant de nouvelles technologies propres notamment à limiter la consommation de carburant ou à améliorer le confort et la sécurité des conducteurs.

Partagez cet article
Partagez cet article